Sa demande en mariage avortée, Djiby Ka trainé à la barre par...

Sa demande en mariage avortée, Djiby Ka trainé à la barre par la mère de sa dulcinée

214
PARTAGER

Si cela ne tenait qu’à la jeune fille A. F, à coup sûr, son bien-aimé ne serait pas traduit devant une quelconque juridiction. Trainé à la barre pour détournement de mineure, Djiby ka peut compter sur l’infaillible soutien de sa dulcinée, qu’il avait même demandée en mariage.
Ils sont tombés amoureux pendant des mois, mais ont terminé leur idylle à la barre du tribunal départemental de Dakar statuant en matière de flagrants délits. Et c’est le petit ami qui est poursuivi pour détournement de mineure.

Des accusations que ce dernier a balayé d’un revers de main, au motif qu’il est incapable de poser de tels actes.

Accompagnée de sa mère, la victime A. F a lavé l’honneur de son petit ami. A la barre, elle a déclaré que Djiby ka est son copain et ils sont fiancés depuis des mois. De surcroît, ils se vouent un amour intense.

Sur ce, il était même venu chez ses parents pour demander sa main, mais ces derniers s’y sont opposés, sous prétexte qu’elle est mineure. Ne pouvant pas résister à son désir de voir son amoureux, elle a appelé le prévenu pour le voir. C’est ainsi qu’ils sont restés ensemble jusque tard dans la nuit. Et quand son amoureux lui a proposé de rentrer chez elle, elle a refusé, au motif qu’elle souhaite partir loin de tout le monde.

Voulant la protéger, Djiby ka a laissé la fille passer la nuit avec lui jusqu’au petit matin. Interrogé, il a expliqué que lorsqu’il a fait une demande en mariage à la partie civile, les parents ont refusé. Et depuis lors, il a arrêté cette relation. Mais, dit-il, c’est la fille qui lui courait après.

Il a, par ailleurs, déclaré n’avoir jamais détourné la gamine. La mère de la victime a réclamé la somme de 150 000 francs CFA, là où le procureur a requis l’application de la loi.

Quant à l’avocat de la défense, il a souligné que la fille a de la chance puisqu’aucun acte sexuel ne lui a été fait et ce, dans la mesure où elle est allée trouver un homme responsable, qui n’a pas profité d’elle. D’ailleurs, dit-il, le certificat médical l’a confirmé.

De l’avis de l’avocat, ses parents n’ont pas dit toute la vérité car ils profitent de cette situation pour en tirer profit. Pour cela, il a plaidé pour la relaxe du délit détournement de mineure, ne serait-ce, qu’au bénéfice du doute.

Finalement, l’affaire a été mise en délibéré jusqu’au 17 mai.

Vox populi