Ouakam : Une femme divorcée prise en train de déposer son bébé...

Ouakam : Une femme divorcée prise en train de déposer son bébé sur un tas d’ordures

161
PARTAGER

Divorcée depuis quelques mois, Y. Ndiaye, âgée d’une vingtaine d’années, a contracté une grossesse de cette ancienne union. Lorsque son mari, informé de cette situation, est allé la voir, elle lui a fait croire qu’elle avait avorté. Depuis, renseigne L’Observateur, tous les membres de sa famille pensaient qu’elle n’était plus enceinte. En toute discrétion, elle donc mené sa grossesse à terme.

Au moment d’accoucher, elle s’est rendue derrière le camp militaire de Ouakam. Après avoir mis au monde un bébé de sexe féminin, toute seule, elle l’a mis dans un sachet. Mais, alors qu’elle s’apprêtait à le déposer sur un tas d’immondices, elle a été aperçue par des passants intrigués par ses habits tachés de sang. Ils l’ont interpellée pour lui demander sa présence sur les lieux.

Dans un premier temps , elle a opté pour l’offensive et s’est mise à les menacer. « Ce n’est pas votre affaire. Ce que je fais ici, ce qui m’a poussée à y venir ne vous regarde pas. Laissez-moi tranquille », leur a-t-elle lancé. Mais c’était sans compter avec la détermination des passants qui ne se sont pas laissé intimider. Ils se sont mis à parlementer avec la dame jusqu’à ce qu’ils réussissent à prendre le sachet de ses mains. Et, surprise, un bébé de sexe féminin s’y trouvait. Elle avait le cordon ombilical autour du cou. Ils ont donc appelé les sapeurs-pompiers qui ont constaté que le bébé était toujours vivant. Ils l’ont confié à une sage-femme pour les premiers soins.

Alertés, les éléments de la brigade de gendarmerie de Ouakam se sont déportés sur les lieux pour procéder à l’arrestation de la jeune femme. Face aux limiers, Y. Ndiaye a déclaré qu’elle voulait abandonner son enfant parce qu’elle pensait qu’il était mort-né. Elle n’a pas donné d’autres raisons à son acte. Par contre, elle s’est confondue en excuses demandant la clémence de la justice. Ce qui ne l’a pas empêchée d’être déférée au parquet pour tentative d’infanticide.