LES GUERRES FRATRICIDES DE L’APR : CE CANCER QUI RONGE LE MACKY

LES GUERRES FRATRICIDES DE L’APR : CE CANCER QUI RONGE LE MACKY

214
PARTAGER

Les querelles de positionnement au sein des partis politiques n’épargnent pas l’Apr. Vu la façon dont certains responsables du parti de Macky Sall se comportent, on peut même dire qu’ils sont champion en la matière. Pour monter au patron de leur parti qu’ils existent, chacun tire  de son côté et  fait tout pour noyer son camarade de parti. Et dans ce cas la liste est trop longue et nous allons en citer certains. Le cas du Dg du port, Cheikh Kanté, et du ministre des sports, Matar Ba, à Fatick qui, lors du référendum du 23 mars chacun voulait monter que c’est à cause de son travail que le Oui l’a remporté à hauteur de 84% dans cette localité.

A Sandiara aussi, le maire, Dr Serigne Gueye Diop et le directeur de cabinet du Président de la République, Me Oumar Youm.

A Louga, sentant le fait que le maire et non moins ministre de la micro-finance commence à lui faire de l’ombre, Mamadou Mamour Diallo du mouvement «Dolli Macky» et directeur national des Domaines a voulu faire sa rentrée politique en grande pompe sans y associer ses camarades de parti.

A Dakar,  Amadou Bâ, Abdoulaye Diouf Sarr, Yakham Mbaye et Seydou Guèye se disputaient le patronat de Dakar lors du référendum.

Du côté des jeunes, le désamour entre partisans du ministre de la jeunesse, Mame Mbaye Niang et ceux de la patronne de la Cojer, Therèse Faye, est un secret de polichinelle.

Et à chaque fois, il faut l’intervention de Macky Sall qui va parfois jusqu’à  menacer de sévir si ces guerres fratricides ne cessent pas pour que ces derniers reviennent à de meilleurs sentiments.

Un autre cas auquel le patron de ce parti est confronté, ce sont les sorties inopportunes de certains responsables de l’Apr et la dernière en date, c’est celle de Me Djibril War qui avait dit dans la presse que «ce sont les anciens ennemis et grands insulteurs de Macky Sall qui constituent le décor de l’APR et du palais » et que les anciens militants sont laissés en rade. Ce qui a mis le Président hors de lui.  Et il était obligé de lui remonter les bretelles en ces termes : « Vous êtes membre du SEN et de toutes les instances du parti, ce que vous avez fait relève de l’indiscipline notoire que je n’accepterai plus ».

Et à tous les responsables de son parti, il dira : «  Je ne tolérerai plus qu’un haut responsable puisse faire étalage  de ses états d’âme dans la presse ».

Des comportements qui, à la longue, vont finir par affaiblir l’Apr qui a besoin de militants responsables et matures à même de s’unir comme un seul homme pour assurer un deuxième mandat au Président Sall.