Législatives : la dynastie ébranlée

Législatives : la dynastie ébranlée

102
PARTAGER

Retour sur la crise des têtes de listes

En décidant de se présenter candidat pour diriger la liste de Benno Bokk Yakaar, le maire de Guédiawaye, Aliou Sall, devait s’attendre à recevoir une volée de bois vert de la part de l’opposition. Pis, il en a aussi reçue venant de son propre camp. M. Sall estime être un citoyen sénégalais qui a parfaitement le droit de briguer le suffrage des Sénégalais comme ce fut le cas lors des dernières Locales. Ce qui n’est pas faux mais, il ne faut pas perdre de vu que chat échaudé craint l’eau froide.

En effet, au regard de la récente histoire du Sénégal, même si Aliou Sall n’occupe pas de poste ministériel, sa parenté avec le Président Macky Sall fera toujours de lui le sosie de Karim Wade. Ce, si l’on sait que d’autres proches du chef de l’Etat communément appelés dynastie Faye-Sall, gravitent autour de l’appareil gouvernemental.

Mansour Faye, beau-frère du Président nommé ministre de la République et maire de Saint-Louis…Adama Faye également beau-frère de Macky Sall qui a des ambitions à Grand Yoff sans compter l’oncle et le beau-père respectivement à Pikine et Rufisque. Tout ce beau monde, sorti subitement de l’ombre pour revendiquer un militantisme de longue date n’inspire pas confiance. Alors forcément, cela devient un bel os à ronger pour l’opposition et objet de discorde au sein de la mouvance présidentielle.

Le Président Macky Sall ne peut pas demander à des souteneurs de longue date, fussent-ils ses proches, de ne pas jouir de leur droits mais ces derniers pourraient bien lui faciliter la tâche en canalisant leurs ambitions. Et en se retirant de leur tête de liste aux Législatives mais pas de la liste, Aliou Sall et Abdoulaye Thimbo viennent de lui retirer une épine du pied. Car, on peut bien se battre pour sa patrie et son parti en n’étant ni député ni ministre.