La guerre des princes fait rage à Buckingham Palace

La guerre des princes fait rage à Buckingham Palace

152
PARTAGER
Britain's Prince Andrew and Prince Charles attend the annual Order of the Garter Service at St George's Chapel at Windsor Castle in Windsor. Britain's Prince Andrew (L) speaks with Prince Charles as they attend the annual Order of the Garter Service at St George's Chapel at Windsor Castle in Windsor, Britain June 15, 2015. REUTERS/Peter Nicholls URN:23324290 + PHOTO NEWS / PICTURES NOT INCLUDED IN THE CONTRACTS

Rien ne va plus entre le prince Charles, prétendant au trône, et son frère le prince Andrew…

L’accession du prince Charles au trône royal ne fait aucun doute. Il succédera à sa mère la reine Élisabeth II, que le peuple britannique lui préfère William ou pas. Mais là n’est pas la question: son frère Andrew n’est que sixième dans l’ordre de succession, après les enfants de Charles et leurs enfants respectifs, et ne s’est jamais trop fait d’illusions à ce sujet.

Dotation royale
Ce qui le chagrine en revanche, c’est de voir ses deux filles être évincées de la liste de la dotation allouée par l’État pour couvrir les dépenses de la famille royale. Beatrice et Eugenie, nées de son union médiatique avec Sarah Ferguson, ne sont en effet pas les bienvenues dans la Sovereign Support Grant, à la suite d’un veto… du prince Charles lui-même, relate Le Point.

Andrew, le fils préféré
Andrew bénéficie cependant d’un allié de poids: sa mère. L’indéboulonnable monarque, au poste depuis 1953, n’a en effet jamais caché sa préférence pour son second fils, le duc d’York. L’élégant « Andy » a, certes, connu quelques frasques conjugales, comme son frère, mais son charisme l’a toujours sorti d’affaire et permis de recevoir à chaque fois l’absolution maternelle.

Theresa May en faveur de Charles
Le prince Charles possède toutefois de nombreux atouts et risque bien d’avoir le dernier mot. Non seulement, sa fonction de prince régent rend sa position légitime mais la mesure convient également au peuple, qui pourrait voir d’un mauvais oeil l’octroi de privilèges supplémentaires. L’avis du prince de Galles va également dans le sens du gouvernement et de la Première ministre Theresa May qui aurait tranché en sa faveur… malgré les tentatives désespérées d’Elisabeth II.

2016-06-10 11:06:38 epa05354957 A handout photograph made availalble by the British Ministry of Defence (MOD) shows Britain's Prince Andrew (L), his daughters Princess Eugenie (2-L) and Princess Beatrice (R) and Prince Edward (2-R) leaving St. Paul's Cathedral in London, Britain, 10 June 2016, after attending the National Service of Thanksgiving to mark the 90th birthday of Britain's Queen Elizabeth II. EPA/MOD / ROYAL NAVY / OWEN COOBAN / HANDOUT HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES
Prince Andrew (L), his daughters Princess Eugenie (2-L) and Princess Beatrice (R) and Prince Edward (2-R) 

7sur7.be