Kenya: un officier de la garde présidentielle tue sa copine et tente...

Kenya: un officier de la garde présidentielle tue sa copine et tente de se suicider

76
PARTAGER

Un officier de la garde présidentielle de la Nairobi au Kenya a tiré sur sa petite amie qui est morte sur place, avant de tenter de se suicider. L’agent identifié comme étant Samuel Njoroge aurait tué sa petite amie Anne Wanjohi dans son cybercafé à Tom Mboya samedi soir après une dispute.

Selon les témoins, l’officier est arrivé au cyber café vers 19 heures et est resté là pendant un certain temps alors qu’Anne recevait ses clients. Subitement une dispute a éclaté entre les deux et l’officier a sorti son fusil et l’a abattue à bout portant avant de se tirer dessus aussi trois fois.

Le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome, a déclaré que l’officier avait subi une blessure sur son biceps gauche et sa poitrine. «Miraculeusement, il a survécu après s’être tiré trois balles. Il est dans un état stable à l’hôpital». Un pistolet et 10 balles ont été récupérés.

Les cas similaires sont à la hausse au Kenya et selon Koome, compte tenu de la nature de leur formation, on s’attend à ce que ces hommes agissent conformément à la loi. La police attend que ce dernier se rétablisse pour ouvrir une enquête sur le meurtre. Pour le moment, il est difficile de déterminer si c’est un crime passionnel.

Selon les témoins, l’officier est arrivé au cyber café vers 19 heures et est resté là pendant un certain temps alors qu’Anne recevait ses clients. Subitement une dispute a éclaté entre les deux et l’officier a sorti son fusil et l’a abattue à bout portant avant de se tirer dessus aussi trois fois.

Le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome, a déclaré que l’officier avait subi une blessure sur son biceps gauche et sa poitrine. «Miraculeusement, il a survécu après s’être tiré trois balles. Il est dans un état stable à l’hôpital». Un pistolet et 10 balles ont été récupérés.

Les cas similaires sont à la hausse au Kenya et selon Koome, compte tenu de la nature de leur formation, on s’attend à ce que ces hommes agissent conformément à la loi. La police attend que ce dernier se rétablisse pour ouvrir une enquête sur le meurtre. Pour le moment, il est difficile de déterminer si c’est un crime passionnel.