Gilbert Diouf, je prenais du plaisir avec ma colocataire Peul Fouta, femme...

Gilbert Diouf, je prenais du plaisir avec ma colocataire Peul Fouta, femme de son voisin…le mari de cette dernière le rend impuissant mystiquement

76
PARTAGER

Gilbert Diouf, infographiste, prenait son pied avec sa coIocataire, femme de son voisin…le mari de cette dernière le rend impuissant mystiquement
« Suivant mes pulsions sexuelles débordantes, je suis devenu sexuellement impuissant »
Gilbert, la trentaine révolue, a perdu sa virilité, en suivant ses pulsions sexuelles débordantes. Le jeune homme est victime de pratiques mystiques. Il peine à se mouvoir aujourd’hui, pour s’occuper de ses affaires. Ce charmeur qui prenait bien soin de sa personne pour attirer la gente féminine, est devenu un total impuissant sexuel. Le sexe, ne faisant plus partie de sa vie d’homme, fait tomber à l’eau son rêve de devenir chef de famille.

La chasteté, reste une des recommandations des religieux, pour ceux qui ne peuvent pas se marier. Bafouer cette règle dans une société telle que la nôtre, pourrait avoir des conséquences dramatiques. Gilbert Diouf qui avait pris goût à prendre son pied avec la femme de son voisin et refusant de se conformer aux normes, a fait les frais de ses escapades. Surpris nombre de fois avec cette dame, il a subi les foudres du mari cocu qui a usé de ses connaissances mystiques pour le priver à jamais, de jouissances sexuelles.

« Je vous fais la confidence. Je partageais un appartement avec un ressortissant guinéen, vendeur de café et de bananes au centre-ville à Dakar. Il vivait avec sa femme et ses trois enfants dans la maison. Sa femme était légère de mœurs.

A chaque fois que de besoin, je prenais du plaisir avec elle. Cette dernière, était très belle et même, envoûtante. Une première fois, son mari qui rentrait plutôt que prévu dans la maison, nous a trouvés en train de faire l’amour. Il a fait abstraction pour éviter un scandale. Après, il m’a pris en aparté pour me suggérer de laisser tranquille sa femme », narre-t-il. Ayant déjà, connu les performances sexuelles de cette Guinéenne, Gilbert refuse d’obéir.

L’infographiste regardait de haut le vendeur de Café. Sur ce, apprend Leral, il continuait à toucher aux délices sexuels ou fruits interdits de sa colocataire. « La femme aimait trop le sexe, me traquait dans la maison. On pouvait faire autant de fois l’amour dans la journée.

Une seconde fois, son mari nous a encore surpris. Cette fois-ci, il a soutenu ceci: tu ne seras en mesure de satisfaire, même, une fillette de 3 ans. Quelques jours après, je commençais à sentir des douleurs abdominales, mon sexe se rétrécir davantage et souvent, la nuit, je dors péniblement », a décrit Gilbert qui souffre de manière profonde.

Le jeune homme, regrettant son acte qui lui a valu une incapacité sexuelle, est aujourd’hui, dans une posture inconfortable. Il fait face aujourd’hui, à une impossibilité de retrouver l’auteur de son sort mystique. « Si, je peux me permettre, je dirais à la jeune génération de faire attention. L’adultère n’est pas à encourager. Il peut être fatale pour son adepte », professe l’infographiste.

A cet effet, il reste convaincu que personne ne pourra en dire autant entre l’acte posé et ses conséquences. D’après Gilbert, sans femme, sa vie est devenue fade, insipide, sans saveur. Pis, il n’a plus espoir de voir sa progéniture qui devrait assurer une postérité de son existence. « Tout est foutu en l’air », pleure-t-il.

O. WADE Leral