ALIOU SALL MET EN COLÈRE LES POPULATIONS DE JIDDAH THIAROYE KAO…

ALIOU SALL MET EN COLÈRE LES POPULATIONS DE JIDDAH THIAROYE KAO…

75
PARTAGER

Les populations de la commune de Jiddah Thiaroye Kao sont très remontées contre le maire de Guédiawaye. Selon eux, ce dernier est contre leur projet d’implantation d’une maison communautaire. Et pour manifester leur courroux, ils ont organisé une assemblée générale où les responsables des 66 quartiers que compte la commune ont pris part. « Nous sommes meurtris et frustrés parce que nous avons un projet de construction d’une maison communautaire dans notre localité, malheureusement les gens de Guédiawaye dirigés par le Maire Aliou Sall ont voulu accaparer ce terrain et nous interdisent de construire cette maison », a indiqué Pape Cheikh Sall, porte parole du jour. « On en a besoin parce que c’est un complexe qui va regrouper tout ce qu’il faut : centre d’Etat civil, centre polyvalent, centre informatique, centre de coutures… », a- t-il ajouté.

Poursuivant, ce dernier de rappeler que c’est la deuxième fois qu’ils ont des problèmes avec l’édile de la ville de Guédiawaye : « au-delà de tout cela, le problème a commencé quand ils ont pris le marché « bous bess » qu’ils ont remis à la commune de Wakhinane Nimzat », a-t-il fait savoir.  Un marché qui, selon les habitants produit 700 mille F Cfa de recettes  par jour, ce qui fait un budget d’un milliard 260 millions par an.  « C’est de l’esclavage pur et simple. Le marché a été attribué à la commune de Jiddah Thiaroye Kao depuis longtemps et contre toute attente, les gens se sont levés un beau jour pour dire que le marché va appartenir à la commune de Wakhinane Nimzat  simplement, parce que c’est le frère du président de la République qui est le maire de Guédiawaye », a-t-il pesté. Les habitants de cette commune n’ont pas manqué de dénoncer le fait que leur localité ne dispose ni de structures sanitaires, ni d’éclairage public. Le cœur meurtri, Pape Cheikh Sall de soutenir que  « la commune de Jiddah Thiaroye Kao est la commune la plus dégradée de l’Afrique de l’ouest ». Ce qui le pousse à dire qu’ils sont oubliés par le régime.

Très déterminés les habitants de Jiddah Thiaroye Kao comptent mener le combat jusqu’au bout. « Cette assemblée générale est le premier jalon d’une longue chaine si le pouvoir ne réagit pas, il y’a d’autres moyens que nous allons utiliser pour nous faire entendre. S’ils faut utiliser la force, nous le ferons ». Ainsi, ils  comptent dans les prochains jours, organiser des sit-in barrer la route qui mène vers le marché pour se faire entendre.